Secourir en veillant à sa propre sécurité

Comment aider une personne en détresse dans l’eau sans se mettre soi-même en danger ? Nous répondons ici à cette question et montrons comment se déroule un sauvetage aquatique avec un minimum de risques.

© CRS, Andri Pol

Le plus important lors d’un sauvetage est de veiller à sa propre sécurité. C’est pourquoi, en cas d’urgence, le sauveteur choisit la méthode de sauvetage qui présente le moins de risques pour lui-même. Si les facteurs liés à l’environnement – température de l’eau ou météo, par exemple – jouent évidemment un rôle, le choix de la méthode dépend également de la situation, notamment de l’état de la personne : celle-ci est-elle blessée ou inconsciente ?

Possibilités de sauvetage
Si vous vous trouvez face à une urgence et qu’une personne se trouve dans l’eau, il est impératif de garder son sang-froid. Jettez un coup d’œil autour de vous et évaluez la situation. Peut-être y a-t-il des passants prêts à intervenir et à vous aider ? Si vous ne voyez aucun soutien potentiel, alertez la police avant d’entreprendre le sauvetage.

  • Appeler – Si la personne en détresse est à portée de voix, l’appeler peut la rassurer.
  • Tendre – Le sauveteur se met sur le ventre et tente de ramener la victime à terre en lui tendant un objet (branche, pagaie, etc.).
  • Lancer – Si la victime est trop loin, il est possible de lui lancer une bouée ou un sac de sauvetage.
  • Conduire / ramer – S’il est possible d’atteindre la victime dans un délai raisonnable en ramant ou en conduisant, cette méthode est privilégiée.
  • Entrer dans l’eau / patauger – Cette méthode consiste à entrer dans l’eau et à atteindre la victime en marchant vers elle de sorte qu’elle puisse être ramenée à terre sans que le sauveteur doive nager.
  • Natation de sauvetage – Si les méthodes énoncées ci-dessus sont inapplicables, le sauveteur secourt la victime en recourant aux techniques de la natation de sauvetage. Ces dernières peuvent être apprises dans le cadre d’une formation de la Société Suisse de Sauvetage.

Il est possible qu’aucun moyen de sauvetage habituel ne soit disponible dans la situation d’urgence en question. Pas de problème : il existe de bonnes alternatives aux aides de sauvetage. Les personnes en détresse peuvent par exemple s’appuyer sur un ballon, un brassard, une planche de natation, voire un bidon ou une bouteille en PET, qui offrent une flottabilité suffisante.

Sécurité de l’eau

La Société Suisse de Sauvetage SSS est la plus grande organisation de Suisse en matière de sécurité au bord, dans et sur l’eau. Cette organisation œuvre à la prévention des accidents aquatiques, au sauvetage lors d’accidents de ce type ainsi qu’à la formation de nageurs sauveteurs. Elle offre de nombreux cours de sauvetage en piscine, lac ou rivière !