Que faire en cas de migraine ophtalmique ?

Migraineux occasionnel ou régulier, vous vous apercevez que, cette fois, vos maux de tête sont accompagnés de troubles visuels ? Votre vision est gênée par de petits points presque semblables au flash d’un appareil photo ? Il est probable que vous soyez sujet à une migraine ophtalmique. Rassurez-vous : une telle migraine est habituellement sans risque pour votre santé. Voici quelques conseils pour la gérer lorsque cela arrive à l’un de vos proches ou à vous-même.

femme-migraine

Description et conséquences de ce type de migraine

La migraine ophtalmique se produit sans prévenir : d’une seconde à une autre, votre vision se trouve gênée par des taches ou points noirs et blancs. Le champ visuel est réduit et il devient difficile, voire impossible, de fixer un objet. Cette première phase peut durer de 20 à 60 minutes.

Viennent ensuite d’autres maux : mal de tête plus ou moins intense (celui-ci peut durer toute la journée), nausées, vomissements…

Dans certains cas, le sujet rencontre également des troubles de l’équilibre et, plus impressionnant, perd sa faculté à construire des phrases logiques.

L’aspect soudain de la migraine ophtalmique est une véritable contrainte, puisque toute activité doit généralement être interrompue. C’est notamment le cas des activités impliquant un écran (smartphone, ordinateur, cinéma, télévision…), de la lecture, et de tout ce qui implique la vue.

Ne prenez en aucun cas le volant : les troubles visuels ne permettent pas de bien voir la signalisation, ni les autres automobilistes !

Lorsque la migraine ophtalmique se produit sur votre lieu de travail, avertissez immédiatement votre hiérarchie. Expliquez ce trouble à vos collaborateurs et demandez à pouvoir cesser votre activité un moment. Les avertir est un premier pas important dans la gestion de vos migraines, car, après la première, il est fort probable que d’autres migraines de ce type surviendront à l’avenir.

En effet, une autre caractéristique de la migraine ophtalmique est qu’elle se produit à plusieurs reprises tout au long de la vie du sujet, et de manière très irrégulière.

Les bons réflexes à adopter lors d’une migraine ophtalmique

Malheureusement et bien souvent, la seule chose à faire est de s’allonger dans le noir, au moins le temps que les troubles visuels disparaissent. Pour les maux de tête, il vous appartient de prendre des médicaments qui soulagent le mal de tête, ou de ne rien faire du tout.

Lorsqu’il vous est impossible de trouver en endroit sombre (parce que vous êtes sur votre lieu de travail ou dans un magasin par exemple), veillez à terminer le plus rapidement possible votre activité puis trouvez un coin calme. Surtout, ne conduisez pas pour rentrer chez vous.

femme-migraine

Au calme, fermez les yeux et exercez de petits massages sur vos paupières, à l’aide de la pulpe des doigts. Prenez de grandes inspirations, bloquez, puis expirez lentement. Chez certains sujets, cette technique permet de faire disparaître immédiatement la migraine ophtalmique, si elle est réalisée dans les toutes premières minutes suivant l’apparition des points noirs et blancs.

Par ailleurs, ayez toujours à disposition une paire de lunette solaires. Enfin, si vous le pouvez, éteignez les lumières et fermez les volets.

En cas de doute, consultez votre médecin traitant : il pourra vous aiguiller vers un spécialiste.

Si vous n’êtes pas certain des symptômes, et si vous avez le moindre doute, contactez le 144. En attendant l’ambulance, et si vous avez suivi une formation de secouriste, effectuez les gestes de premiers secours.

Poser un diagnostic ?

Si les professionnels de santé parviennent très facilement à détecter la migraine ophtalmique, ses causes restent encore floues. Stress, anxiété, manque de sommeil, nicotine, forte luminosité… il semble que les facteurs différèrent chez les patients.

N’hésitez pas à tenir un journal dans lequel vous inscrirez la date de votre migraine ophtalmique, ainsi que ce qui vous semble important : ce que vous avez mangé ou bu, le temps qu’il faisait à l’extérieur, votre état mental, vos heures de sommeil… Vous parviendrez sans doute à réaliser des corrélations au fur et à mesure.