Proche aidant : les pensées positives qui vous aident quand tout va mal

Si vous aidez un proche aidant au quotidien, vous traversez probablement des phases plus difficiles que d’autres. Malgré la joie apportée la mission que vous vous êtes confiée, vous avez parfois du mal à garder le cap, vous êtes épuisé, et vous ne savez plus si vous avez fait le bon choix. Nous comprenons votre désarroi et vous invitons à prendre un peu de recul pour surmonter cette épreuve.

Proche aidant garder les pensées positives

Votre état d’esprit est déterminant

En tant qu’aidant naturel, votre vie s’est transformée depuis que vous consacrez du temps à votre proche. Après un temps d’adaptation, les hauts et les bas font désormais partie de votre quotidien. Les bas en revanche peuvent être plus délicats à gérer : comment les accepter, y faire face, et les empêcher de vous perturber ?

Dans tous les cas, il vous est impossible de les ignorer, puisqu’ils vous touchent vous, mais aussi indirectement votre conjoint et vos enfants.

Ainsi, votre état d’esprit est la clé : parvenir, à l’aide de différents moyens, à rester positif malgré les difficultés rencontrées est libérateur, même si le chemin est long. En effet, votre état d’esprit est le seul élément sur lequel vous pouvez avoir un impact direct lorsque vous avez la sensation que tout va mal.

Pour pouvoir aider votre entourage, vous devez avant tout être en bonne santé physique et mentale : il s’agit même de votre mission première en tant que proche-aidant !

Comment agir sur votre mental ? Différentes méthodes existent et peuvent être cumulées : à vous de trouver votre équilibre ! On retrouve parmi elles l’hypnose, l’autohypnose, le yoga, les techniques de respiration profonde, la méditation, la musique douce, le dessin ou encore le coloriage pour adulte… Vos objectifs : retrouver le calme intérieur, vous faire confiance et avoir confiance en la vie, vous concentrer sur le présent, et accepter chaque épreuve pour mieux la surmonter…

Quelques idées et pensées positives…

  • Dans une situation d’accompagnement au quotidien d’un proche malade, le proche aidant parvient souvent à (re)tisser des liens avec son parent. Lorsque la vie les a éloignés, la maladie a en revanche pu avoir un impact bénéfique sur leur relation, comme une seconde « chance ».
  • Vous n’êtes jamais seul : un grand nombre de proches aidants rencontrent les mêmes difficultés que vous. Venez les rencontrer et échanger avec eux autour de groupes de parole. Vous y trouverez du soutien et des solutions. Souvent, exprimer à voix haute votre détresse est libérateur. La Croix-Rouge suisse vous propose également différents dispositifs pour vous accompagner et vous soulager.
  • Le droit au répit : vous en avez connaissance, mais vous l’autorisez-vous vraiment ? Une journée de repos, une semaine de vacances… vous en avez le droit et cela est tout à fait recommandé si vous souhaitez pouvoir continuer à vous occuper de votre proche dans de bonnes conditions. S’éloigner pour prendre du temps pour soi, se retrouver et surtout retrouver son conjoint et ses enfants est indispensable. Ne culpabilisez pas : vos liens avec votre proche dépendant n’en seront que plus solides. Des aides qualifiées peuvent vous seconder en votre absence, par exemple les auxiliaires de santé de la Croix-Rouge suisse.

Retrouvez toutes les informations utiles et les offres de soutien aux proches aidants sur le site de la Croix-Rouge suisse www.proche-aidant.ch