Comment partir en vacances sereinement lorsque l’on s’occupe d’un proche dépendant ?

En tant qu’aidant familial, vous vous occupez très régulièrement d’un proche dépendant, d’un parent qui prend de l’âge… et qui a besoin de vous au quotidien. Vous prenez du plaisir à lui venir en aide, mais voilà : vous ressentez vous aussi le besoin de prendre du temps pour vous, et de vous accorder quelques jours de repos.

Proche aidant d'un parent : partir en vacances

Cela est tout à fait naturel, mais nombreux sont les proches-aidants qui ressentent de la culpabilité. Après tout, qui va bien pouvoir prendre le relai et assumer à votre place la mission que vous vous êtes confiée ? Faire les courses, le ménage, préparer les repas, aider votre proche à effectuer sa toilette et à s’habiller… ?

Vous pouvez également craindre que votre parent dépendant vous en veuille en se sentant abandonné. Les vacances ? Vous ne les avez même pas réservées qu’elles sont déjà source d’angoisse !

Mais ne vous en faites pas : les aidants ont eux aussi le droit de se reposer, c’est même un devoir ! De plus, vous allez voir dans cet article que vous n’êtes pas seul et que vous pouvez bénéficier de plusieurs aides. Faisons le point ensemble.

Ne pas culpabiliser

La première mission de l’aidant familial est de… penser à lui ! En vous octroyant régulièrement du temps pour vous, vous favorisez votre bien-être et prévenez l’épuisement. Comment pourriez-vous aider un parent si vous n’êtes pas bien avec vous-même ? De nombreux proches-aidants sont victimes de stress et d’épuisement, à tel point que la dépression est courante.

La règle d’or est donc de penser à vous avant tout, ainsi qu’à votre conjoint et à vos enfants, afin d’éviter les situations extrêmes.

Il est également conseillé aux aidants de poser rapidement des limites avec leur proche dépendant, pour ne pas créer des habitudes qu’ils ne pourraient supporter après quelques temps passés à les aider. En effet, la personne aidée s’habitue à ce que vous pouvez lui offrir, à votre soutien, à votre présence. C’est une bonne chose, mais elle peut aussi, à terme, ne pas comprendre immédiatement pourquoi vous vous éloignez lorsque cela est nécessaire.

De la communication, de la patience et de l’écoute sont alors les clés d’une relation aidant-aidé saine, dès le départ.

Oser demander de l’aide

Vous avez des habitudes, votre proche dépendant également, et vous ne savez pas qui pourrait mieux que vous aider votre parent en votre absence. Pourtant, vous gagneriez à oser faire confiance à une tierce personne pour vous épauler. Votre proche également : cela serait l’occasion pour lui de rencontrer et d’échanger avec de nouvelles personnes, ce qui stimulerait son quotidien.

Qui peut vous aider ?

Votre famille et vos amis

Cela n’est pas toujours possible, mais si vous pouvez vous appuyer sur l’aide de vos proches, cette solution est la plus évidente. Pour les aider à mieux comprendre votre quotidien, vous pouvez dresser un calendrier des visites et un planning des tâches à effectuer. Notez les numéros de téléphones importants sur un post-it que vous placerez près du téléphone (le vôtre, celui du médecin traitant, ou encore celui des urgences le 144). Vous pouvez aussi préparer une pochette contenant tous les papiers administratifs et d’identité de votre proche malade, en cas de besoin.

La Croix-Rouge suisse

La CRS a mis en place différents services d’aide aux personnes dépendantes.

  • Un service de transports solidaires : des chauffeurs bénévoles accompagnent en voiture les personnes à mobilité réduite à leur rendez-vous médicaux ou encore faire leurs courses. Un bon moyen pour elles de se déplacer sereinement.
  • Un service de visites à domicile : des bénévoles rendent visite à vos proches pour briser la solitude. C’est l’occasion pour eux de discuter avec une nouvelle personne, d’aller se promener ou encore de faire une activité ludique.
  • Une alarme pour prévenir les secours : le bracelet-alarme est un produit destiné aux personnes âgées. Il possède un bouton qui permet de prévenir les secours facilement en cas de chute ou d’autre problème lorsque la personne est seule. Un bon moyen de vous rassurer et surtout de rassurer votre parent.

Par ailleurs, la Croix-Rouge suisse soutien les proches-aidants au moyen de formations, une opportunité de bénéficier des conseils de formateurs expérimentés, mais aussi de rencontrer et d’échanger avec des personnes qui vivent au quotidien la même chose que vous. La CRS offre de nombreuses informations pratiques sur l’assistance aux personnes dépendantes, des effets du vieillissement à l’accompagnement d’un proche en fin de vie, en passant par les soins et l’aide à domicile.

Des structures spécialisées

Il existe des maisons de repos, des accueils de jour et d’autres structures animées par des professionnels de l’aide à la personne dépendante.

Qu’il s’agisse d’effectuer un placement ponctuel ou simplement de proposer une activité à votre proche le temps d’un après-midi, des solutions existent et sont faites pour vous permettre de partir sereinement en vacances !