La gestion du stress des proches aidants, entre vie personnelle et professionnelle

Si vous êtes proche aidant ou personnel soignant, vous avez sans doute déjà été en proie à des sentiments de stress et d’impuissance face à tous les défis qui se présentent à vous. Nous vous proposons 4 conseils pour revenir à une vie plus saine et repenser à vous.

Complicité avec une personne âgée

Les signes d’épuisement chez l’aidant

Vous ne le percevez peut-être pas, mais les proches aidants sont très souvent soumis à plus de stress, de colère et de frustration que la personne souffrante.

Or, soyez vigilants. Si ces sentiments s’avèrent trop fréquents, ils peuvent avoir de dangereuses conséquences :

  • insomnies couplées à un épuisement physique
  • sautes d’humeur
  • problèmes de santé : perte ou gain de poids, grippes ou rhumes chroniques, tension artérielle élevée
  • dépressions

Votre priorité doit d’abord être votre santé avant celle des autres. Même si cela s’avère difficile à accepter et à mettre en œuvre, penser d’abord à vous vous permet de prendre soin durablement de la personne dépendante.

Ne pas s’oublier soi-même et bien s’entourer sont les clés du proche aidant heureux.

4 conseils pour gérer votre stress au quotidien

Prenez soin de vous

Pour soulager le stress, les premiers réflexes à acquérir sont ceux qui vous concernant directement. Commencez par corriger vos propres faiblesses : un « simple » manque de sommeil peut vous rendre irritable à l’extrême et beaucoup moins patient face à certains comportements du proche dépendant. Adopter un rythme de vie sain et bien réglé est donc la première étape vers une réduction de son stress : s’endormir et se nourrir à horaires fixes, manger de façon équilibrée, s’oxygéner.

Faire du sport est également un excellent moyen d’évacuer son stress en fin de journée. Vous n’avez pas le temps ? Ne renoncez pas ! Même de simples exercices de relaxation pratiqués à la maison ou 30 minutes de marche sont amplement bénéfiques.

Commencez par exemple, par respirer convenablement. Bien respirer permet d’apporter l’oxygène dans tout votre corps et de mieux éliminer les déchets gazeux comme le gaz carbonique.

5 étapes pour bien respirer :

  1. Commencez par vous allonger sur le dos
  2. Placez une main sur votre ventre et l’autre juste au-dessus de la taille
  3. Inspirez et expirez lentement par le nez. La main posée sur votre ventre devrait se soulever puis redescendre progressivement
  4. Répétez ces étapes. Si la respiration est bien faite, vous devez sentir votre cage thoracique se remplir sous votre poitrine

Pour vous détendre, vous pouvez aussi demander à votre conjoint de vous faire un bon massage. Cela libérera des endorphines, ces substances produites dans le cerveau qui ont la capacité de :

  • diminuer le stress
  • soulager la douleur
  • stimuler le système immunitaire
  • favoriser le sommeil
  • ralentir l’anxiété

Demandez de l’aide

Si vous êtes seul à vous occuper d’un proche malade, manifestez-vous auprès de votre famille, d’amis, ou de voisins. De simples interventions, même courtes, de la part d’une personne supplémentaire sont extrêmement utiles pour vous aider dans les tâches quotidiennes ou pour vérifier que tout va bien (des appels téléphoniques peuvent suffire pour rassurer).

Partager équitablement les responsabilités permet de réduire considérablement son stress. Au sein d’une famille, plusieurs entrevues peuvent être nécessaires pour clarifier les rôles de chacun. La clé réside dans la communication, l’expression de ses besoins, et l’écoute.

Acceptez le changement

Pour améliorer votre relation avec le proche malade, il est important de savoir anticiper et accepter le changement: la personne dont vous vous occupez se transformera certainement au fil du temps avec l’évolution de la maladie.

Prenez contact avec des médecins ou infirmières

Vous ne serez pas capable d’anticiper les changements liés à la maladie et d’appréhender vos futures responsabilités si vous n’êtes pas suffisamment renseigné. Il est donc important de prendre contact avec des médecins et infirmières qui pourront effectuer un suivi de la maladie. Vous pourrez ainsi mieux la comprendre, vous y adapter et favoriser la qualité de vie et la sécurité quotidienne de votre proche dépendant.

N’hésitez pas à contacter la Croix-Rouge suisse qui dispense des cours pour les proches aidants. De nombreux thèmes sont abordés, telle que l’autonomie du proche aidant, la gestion du stress et l’épuisement, ou encore l’impuissance, la solitude et la culpabilité.