Nous nous sommes disputés devant notre enfant : est-ce grave ?

Se disputer devant son enfant est un aléa auquel tous les couples doivent faire face. Que faire lorsqu’une dispute éclate ? Est-ce un mal à éviter à tout prix ?

 Dispute des parents devant leur enfant

Première étape : dédramatisez !

Aujourd’hui, beaucoup de parents culpabilisent dès qu’une dispute éclate sous les yeux de leurs enfants. Or, vouloir à tout prix éviter le moindre écart de conduite revient à leur cacher que les disputes font partie intégrante d’une vie à deux. Il n’existe aucune relation aseptisée, aucune relation parfaitement imperturbable: les oppositions, si elles restent minimes, font bel et bien partie de la vie familiale. Un enfant qui n’y est jamais exposé pourrait grandir avec une fausse idée du couple. Si vous lui montrez que vous êtes capable de vous réconcilier malgré les désaccords, il apprendra qu’une dispute ne crée pas systématiquement de haine, et que des solutions peuvent être trouvées à deux.

Se réconcilier devant son enfant lui montre également qu’il est capable de faire de même avec un camarade de classe, et plus tard avec son propre conjoint. Dans la mesure du possible, il vaut mieux se réconcilier rapidement : cela évitera l’instauration d’un climat morose dans votre quotidien.

Une tension qui persiste plusieurs jours, même légère, reste perceptible et toxique pour vos enfants.

Enfin, si certains comportements leurs semblent nébuleux, répondez à leurs questions : vous ne ferez ainsi pas de vos disputes un sujet tabou.

La dispute fait partie de la vie de couple. Elle est saine tant qu’elle n’est pas violente.

 

Deuxio : trouvez votre équilibre

Vous l’avez donc compris, se disputer n’est pas traumatisant pour votre enfant… à condition que les conflits ne soient ni trop fréquents, ni vulgaires ou violents. Les disputes chroniques qui dégénèrent verbalement ou physiquement sont bien évidemment celles qui seront destructrices à la fois pour votre couple et pour votre progéniture. Soyez particulièrement vigilants à ces écarts au moment de la petite enfance et de l’adolescence : c’est à cette période que votre enfant est émotionnellement le plus fragile.

Si vous constatez que vos disputes deviennent trop régulières ou trop intenses, il est clair que cela impactera votre enfant de façon négative. Prenez alors le temps d’exprimer calmement vos besoins et frustrations, de vous écouter et de trouver ensemble des solutions qui vous conviennent à tous les deux.

Quoiqu’il advienne, le secret de ces moments de tension réside dans votre capacité à renouer après une dispute. C’est en la clôturant par un comportement positif que vous apprendrez à votre enfant à gérer ses futurs conflits : il s’agit d’un enseignement précieux pour ses relations amicales et sa vie d’adulte.

Pour être davantage préparé à ce type de situation, renseignez-vous auprès de la Croix-Rouge suisse qui propose des formations dédiées aux parents.