Les enfants et adolescents face aux dangers d’Internet : comment les protéger ?

Lorsque le web est utilisé à bon escient, il permet de nombreuses prouesses (révision des cours, échanges facilités avec des camardes, découvertes culturelles…). Mais les enfants et adolescents sont aussi exposés à divers dangers et il est difficile pour les parents de détecter leur souffrance lorsqu’ils sont touchés. Prévenir les risques d’internet est une première étape pour protéger les enfants. « Ne pas interdire, mais accompagner » reste la meilleure solution pour les aider.

Harcèlement en ligne ou « cybermobbing »

victime d'harcèlement en ligne

Lorsqu’un enfant ou adolescent est harcelé sur Internet, le principal inconvénient est que cela se répand comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Le harcèlement n’a plus lieu que dans une zone (à l’école par exemple), puisqu’il implique indirectement un plus grand nombre de personnes. Pour la jeune victime de cybermobbing, la souffrance est d’autant plus grande.
Par ailleurs, le harcèlement n’a pas toujours lieu qu’entre élèves, puisque l’enfant peut aussi être contacté par un inconnu mal intentionné.

Le harcèlement peut prendre différentes formes : insultes, rumeurs, diffusion d’images compromettantes, menaces et demandes particulières (envoi d’argent…), humiliations…

Il est souvent difficile pour les victimes de cybermobbing de réagir. La honte, la peur et les menaces l’empêchent de se confier à un adulte. Dans d’autres cas, l’enfant ou l’adolescent n’a pas conscience que ce qu’il fait ou accepte est anormal.

Comment prévenir le cyberharcèlement ?

Dès le plus jeune âge, évoquez avec votre enfant les dérives du web et le harcèlement par d’autres élèves. Expliquez-lui qu’il peut et doit avoir confiance en vous, et qu’il doit vous parler de tout ce qui lui paraît anormal, qui le met mal à l’aise ou qui le rend malheureux.

Aidez-le à avoir conscience de son corps, de ses besoins, et à respecter ses envies, pour qu’il puisse mieux avoir conscience du bien et du mal. Interdisez-lui de créer un compte sur les réseaux sociaux avant ses 13 ans. S’il est plus âgé, montrez-lui comment utiliser les réseaux sociaux en paramétrant avec lui son profil (confidentialité, désactivation de la géolocalisation), et en insistant sur les éléments défendus, comme la divulgation d’informations personnelles et de photos. Il ne doit pas non plus participer à des jeux concours sans votre accord, ni utiliser une carte bancaire à votre insu…

En parallèle, expliquez-lui aussi comment respecter les autres pour ne pas devenir un bourreau à son tour… L’effet de groupe peut avoir des conséquences malheureuses et de nombreux jeunes deviennent harceleurs uniquement pour ne pas être exclus eux-mêmes par leurs camarades.

Contenus pour adultes

prévenir le cybermobbing

Pour éviter au maximum que votre enfant ait accès à des contenus pour adultes qui pourraient le choquer (violence, pornographie, vente de drogues et d’armes…), vous avez à votre disposition plusieurs outils. Chaque appareil connecté à Internet peut être paramétré de manière spécifique (smartphone, ordinateur, tablette, télévision…). On peut notamment citer le contrôle parental, les antivirus, et les logiciels capables de filtrer les contenus non adaptés aux jeunes publics.

Vous ne pourrez pas tout contrôler, mais dialoguer avec votre enfant est une première étape pour bien le protéger. Lorsque votre enfant utilise Internet, incitez-le à le faire en votre présence. Vous pouvez par exemple installer l’ordinateur ou la tablette dans le salon, pour ainsi contrôler plus facilement les sites qu’il visite. Consultez régulièrement l’historique de navigation.

Enfin, après une heure définie en famille, coupez la Wifi.

Propagande sur Internet

Mouvements sectaires, idéologies politiques, incitation à la haine… de nombreuses personnes utilisent Internet pour effectuer de la propagande. Face à un discours violent qui semble, en apparence, argumenté, des adolescents peuvent se laisser manipuler. Solitude, besoin d’appartenir à un « clan », de se démarquer des autres, ou encore recherche de valorisation… les raisons pour lesquelles un jeune cède à la propagande sont variées. Influencée, la victime peut alors avoir des idées noires et effectuer des actes violents sans avoir réellement conscience du mal qu’elle fait aux autres et à elle-même.

Aborder ce sujet avec votre enfant puis l’inciter à vérifier certaines informations par lui-même est un bon moyen de le mettre en garde contre la propagande. Invitez-le à se renseigner un maximum sur les sujets qui lui tiennent à cœur, et à les observer sous des angles différents. Vous pouvez également lui montrer que des internautes isolés créent chaque jour un tas d’informations fausses ou erronées dans le but de promouvoir des idées ou de nuire à des personnes. Ces informations peuvent facilement être détectées, puisqu’elles ne sont souvent diffusées que sur des sites et pages à très faible notoriété.

Incitation à relever des défis dangereux

incitation à relever des défis dangereux

Il existe de nombreuses vidéos virales qui incitent les plus jeunes à effectuer des actions dangereuses. Réaliser des exploits et épater ses camardes est courant chez les adolescents, néanmoins cela ne doit pas se faire au détriment de leur santé, et encore moins de leur vie. Et pourtant…

Jeux d’étranglement, sauts dans le vide, agression de personnes, consommation de produits ménagers toxiques… les défis stupides, choquants et dangereux envahissent Internet. Comment éviter le drame ? Dans une société qui valorise l’image, certains jeunes ont besoin d’impressionner leurs semblables. L’inconscience et le sentiment que tout est possible donnent lieu à des dérives.

Encore une fois, en tant que parent, le dialogue et l’écoute sont primordiaux. Transmettre un usage responsable d’Internet à ses enfants ou adolescents reste le meilleur moyen de les protéger.

Cyberaddiction

cyberaddiction d'un adolescent

Malgré tous les dangers du web, le plus répandu reste la cyberaddiction. Le jeune internaute passe énormément de temps sur internet, réduisant ainsi considérablement le temps qu’il consacrait à d’autres activités, même les plus élémentaires : se doucher, manger, discuter avec ses proches. La cyberdépendance peut entrainer les maux suivants :

  • Isolement, difficultés à tenir une conversation, à s’intégrer à un groupe
  • Nervosité ou agressivité lorsqu’il n’a pas accès au web
  • Désintérêt pour les études
  • Manque d’activité physique
  • Dérèglement de l’horloge biologique

Vaincre la cyberdépendance démarre par l’identification d’un manque. Le virtuel envahit le réel pour combler un vide, de fait, un soutien psychologique peut s’avérer nécessaire.

S’inscrire et participer à des activités extra-scolaires est une seconde étape qui permet de retisser des liens sociaux, et de trouver de nouveaux centres d’intérêt. Des activités en pleine nature et des exercices physiques aident la personne à se retrouver et à se ressourcer. Le lien avec soi-même doit impérativement être renoué.