Frères et sœurs – comment bien se disputer

Entre frères et sœurs, les disputes sont inévitables. Mais comment « bien » se quereller ? C’est ce qu’enseignent les ateliers de gestion des conflits « chili » de la Croix-Rouge suisse (CRS). « Le dialogue rend plus fort », témoigne l’ambassadrice de la CRS Mujinga Kambundji, elle-même issue d’une famille nombreuse.

© CRS, Ruben Ung

Les relations entre frères et sœurs, c’est pour toute la vie. Et quand plusieurs enfants vivent sous le même toit, il est inévitable et parfaitement normal qu’ils se chamaillent souvent. Cela n’est pas forcément un problème !

Il est toutefois capital que les disputes soient constructives et dénuées de violence. C’est ce qu’enseignent les ateliers de gestion des conflits « chili », essentiellement proposés dans les écoles. Les participants y apprennent comment naissent les conflits, comment les éviter et comment les résoudre. « A l’issue des ateliers « chili », les enfants et les adolescents ne se disputent pas moins, mais différemment », constate une enseignante du primaire.

Forts face au conflit

Que peuvent faire les parents lorsque leur progéniture ne cesse de se chamailler ? Doivent-ils immédiatement intervenir ? Les spécialistes le déconseillent, car les disputes sont essentielles au développement de l’enfant. Ils recommandent plutôt de mettre en place des règles de base et de se contenter d’observer comment se déroule la querelle. En revanche, il convient d’agir dès lors que l’un des enfants souffre manifestement ou qu’il commence à se refermer sur lui-même.

Pour que les conflits ne pèsent pas trop sur les enfants, il est crucial que ceux-ci jouissent d’une bonne estime d’eux-mêmes. Se disputer de façon constructive requiert de comprendre ses émotions et de savoir gérer sa colère et ses frustrations. Mujinga Kambundji en a fait l’expérience : « La famille permet d’apprendre à s’exprimer et à défendre son avis. »

« Mes sœurs et moi, nous sommes très proches les unes des autres », ajoute-t-elle. L’ambassadrice de la CRS a grandi à Köniz avec sa sœur aînée et ses deux cadettes. Des liens forts et durables se sont tissés : une fois adulte, Mujinga Kambundji a continué de vivre avec ses sœurs, avec qui elle partage sa passion pour l’athlétisme et qui l’accompagnent souvent aux compétitions.

Grandir dans une famille nombreuse a été riche d’enseignements : « On apprend à partager et on s’aide mutuellement. » Lorsque les parents Kambundji étaient absents, c’étaient les aînées qui s’occupaient des cadettes. « Grandir avec autant de sœurs présente beaucoup d’avantages », conclut Mujinga.

Gestion des conflits

Grâce aux offres chili de la CRS, les enfants, les jeunes et les adultes apprennent à combattre équitablement et à gérer les conflits de manière constructive à l’école et sur le lieu de travail.