Plongez dans la fabuleuse aventure du séjour au pair !

Le séjour au pair est effectué par des jeunes ou des étudiants dans un pays étranger. Il s’agit pour eux de voyager, d’apprendre une langue et de découvrir une nouvelle culture, la jeune étant accueilli au sein d’une famille. En échange de l’hébergement et d’une rémunération, il travaille pour la famille, le plus souvent en s’occupant des enfants.

Jeune fille au pair

Qui peut devenir au pair ?

Le travail au pair est un concept qui a vu le jour au XIXème siècle et qui s’est largement répandu après 1950. Il concerne le plus souvent les personnes qui souhaitent voyager et passer plusieurs mois dans un pays étranger. Les étudiants et les personnes de 17 à 30 ans sont les plus concernés par le travail au-pair. La majorité des offres est destinée aux jeunes filles. Etre célibataire et sans enfant fait aussi partie des critères.

Au pair et famille hôte : un échange gagnant-gagnant

Pour découvrir la culture locale en détail, les travailleurs au pair sont logés dans des familles en échange de services comme la garde des enfants, les tâches ménagères, la préparation des repas

Outre l’hébergement et le couvert, nombreux sont les jeunes qui perçoivent un salaire en espèces durant leur séjour au pair. Cette rémunération leur permet de financer des cours de langue hebdomadaires, des sorties culturelles et autres achats personnels.

Pour les parents, accueillir une personne au pair à leur domicile est un moyen de gagner du temps et de pouvoir consacrer plus de temps à leurs enfants et activités personnelles. Pour les enfants, le jeune au pair est une nouvelle personne avec laquelle ils peuvent échanger, à mi-chemin entre frère et sœur ou amis. Les enfants peuvent également découvrir une nouvelle culture et langue étrangère.

Bon à savoir : la Croix-Rouge suisse permet aux futurs au pair de suivre des cours de babysitting pour être opérationnels dès leur arrivée au sein de la famille d’accueil. Maîtrise des gestes en cas d’urgence, activités à pratiquer avec les enfants, conseils pour s’occuper d’un bébé… de nombreux thèmes sont abordés durant ces formations.

Le témoignage d’Anaïs : des souvenirs plein la tête

Anaïs a expérimenté le séjour au pair et nous fait part de son histoire.

Elle décrit son expérience comme étant l’une des plus belles de sa jeunesse : «Avant de m’inscrire à l’université puis de trouver un emploi, je souhaitais voyager à l’étranger. Malheureusement mes finances ne me permettaient pas de réaliser mon projet, surtout durant un an. Mes recherches m’ont menée à la découverte du voyage au-pair, séjour que j’ai débuté 3 mois plus tard, en Angleterre. Ce pays étranger m’attirait et c’était l’occasion pour moi d’apprendre une langue qui m’ouvrirait des portes presque n’importe où dans le monde. J’ai eu beaucoup de chance car ma famille d’accueil a été adorable avec moi du début à la fin. Nous avons appris à nous connaître et à respecter les besoins de chacun. Mon conseil aux futurs au pair serait d’ailleurs de définir des règles à respecter, pour vous, comme pour les hôtes (par exemple des heures de sortie, le droit ou non d’inviter des amis sous leur toit…) et leurs enfants. En effet, les enfants ont souvent tendance à tester vos limites surtout si vous êtes très jeune.

La finalité principale du séjour au pair est l’apprentissage d’une langue étrangère.

Jeune fille tenant un globe

Lors d’une journée type, j’accompagnais les enfants à l’école. Le matin, je révisais mon anglais, effectuais quelques tâches ménagères et préparais le déjeuner. Je cherchais les enfants à midi et les raccompagnais à l’école après le repas. L’après-midi, je visitais la ville, sortais avec des amis anglais et prenais des nouvelles de mes proches. Le soir, je préparais le repas pour toute la famille et aidais les enfants à faire leurs devoirs. Mes soirées étaient consacrées à des activités personnelles. Chaque semaine, je travaillais 25 à 30 heures.

Chaque mois, les parents m’invitaient à participer à des repas de famille, à dîner au restaurant ou encore à aller au cinéma. Ils me traitaient presque comme leur propre fille et cela m’avait beaucoup touchée. Nous parlions régulièrement ensemble et ils m’aidaient à me sentir comme chez moi, bien que ma famille et mes amis me manquaient énormément. Pour les parents hôtes, ma présence était un soulagement car ils étaient très pris par leurs jobs respectifs. Ils regrettaient de ne pas pouvoir être plus présents auprès de leurs deux enfants. Je suis rentrée rendre visite à ma famille 2 weekends sur l’année et mes parents, ainsi que ma sœur, sont venus à leur tour me voir à Londres. Bien qu’éloignés, cette année nous a énormément rapprochés !

Cette expérience fut vraiment intense et enrichissante sur le plan humain et pour mon développement personnel : pour la première fois de ma vie, je me retrouvais seule dans un pays que je ne connaissais pas. Outre la découverte d’une nouvelle culture, j’ai appris à me connaître et à faire confiance à des inconnus. Pour eux également ce fut une drôle d’expérience d’avoir sous leur toit une étrangère à qui ils devaient confier leurs enfants ! Nous sommes restés en contact et le séjour au pair m’a donné le goût des voyages, à tel point qu’aujourd’hui je vis et travaille aux Etats-Unis !»

Babysitter jouant avec enfants

Lancez-vous !

Les jeunes ressortissants de l’UE et de l’AELE qui souhaitent effectuer leur séjour au pair en Suisse n’ont pas besoin de visa.

Par ailleurs, que le séjour soit en Suisse ou à l’étranger, c’est à la famille d’accueil de prendre en charge les formalités administratives : assurance, déclaration…

Un contrat de travail doit également être signé. Celui-ci mentionne notamment :

  • que l’au pair effectue son séjour dans l’objectif principal d’apprendre la langue du pays d’accueil.
  • la durée du contrat : de 6 mois à 1 an.
  • les horaires de travail : jusqu’à 6 heures par jour et 30 heures par semaine (et jusqu’à 40 heures pour un au pair suisse). Un employeur suisse accueillant un au pair étranger doit assurer une présence hebdomadaire de 15 heures à son domicile pour pouvoir accompagner le jeune.
  • les droits et obligations de la famille et du jeune employé
  • le salaire en espèces et en nature (logement, nourriture…)
  • les congés et périodes de repos
  • les assurances
  • les impôts

Les cours de langue sont obligatoires pour le jeune au pair, à raison de 4 heures par semaine au moins (120 heures au total). Ils sont financés par le jeune ou ses parents. La famille d’accueil n’est tenue de les prendre en charge que si la personne au pair est issue d’un pays qui n’appartient ni à l’UE ni à l’AELE.