Faut-il raconter tous les incidents de la journée/soirée babysitting aux parents ?

En tant que babysitter, il arrive que l’enfant que vous gardiez se blesse, qu’il fasse une grosse bêtise, ou encore qu’il vous désobéisse. Si vous savez comment bien réagir sur le coup, il peut aussi arriver que vous ne sachiez pas comment en parler aux parents, et que vous vous demandiez d’ailleurs s’il faut vraiment tout dire aux adultes. Etes-vous plutôt de ceux qui racontent tout ou de ceux qui gardent des secrets ? Faut-il tout raconter aux parents ?

Babysitting & incidents, tout dire au parents ?

Raconter tous les accidents est très important !

Le risque d’accident est bien réel, surtout chez les petits enfants. Si une petite coupure, écorchure, ou un bleu peuvent être soignés par vos soins parce que vous avez suivi une formation aux premiers secours, d’autres blessures sont plus graves et peuvent avoir de lourdes conséquences. C’est notamment le cas d’une mauvaise chute dans les escaliers ou de la table à langer, d’une brûlure importante (eau bouillante, four…), d’une électrocution ou encore de l’étouffement.

Prévenir immédiatement les urgences au 144 est indispensable, de même que les parents. Ne craignez pas les représailles, car la vie d’un enfant est en danger et que la priorité est de le sauver. Il est important que les parents et les babysitters se protègent au moyen d’une assurance responsabilité civile et d’une assurance-accidents.

Enfin, ne minimisez jamais la gravité d’un accident. Il se peut que l’enfant se blesse mais qu’aucun signe extérieur ne se manifeste dans les premières heures ; pourtant, quelques heures ou jours après, on découvre que l’enfant a tout de même été blessé gravement.

Dans tous les cas, que l’accident soit grave ou qu’il ne le semble pas, prévenez toujours les parents et laissez le soin aux professionnels de santé de poser un diagnostic.

L’enfant a fait une bêtise ou vous a désobéi : parlez-en aussi

Lorsque vous démarrez une activité de babysitting, convenir des règles de la maison à l’avance avec les parents est un bon moyen de cadrer l’enfant. Vous pouvez même les mettre à l’écrit ou les présenter sous la forme de dessins accrochés au mur pour que l’enfant ait conscience des limites à ne pas dépasser. Face à un nouvel individu, l’enfant aura parfois envie de tester son nouveau babysitter en faisant quelques bêtises ou en désobéissant.

Ainsi, imposer votre autorité tout en restant calme devient plus facile. Si la journée ou soirée de babysitting ne s’est pas déroulée comme vous le souhaitiez, n’hésitez pas à en parler aux parents, qui pourront alors eux-mêmes gérer la situation : votre rôle est simplement de faire respecter leurs règles et, si vous n’y parvenez pas, ils sont là pour prendre le relai.

Nous espérons que ces conseils pourront vous aider ! N’oubliez pas que la Croix-Rouge suisse se tient à votre disposition pour vous former aux premiers secours, au babysitting, et qu’elle peut également former les parents à mieux gérer leur quotidien avec leurs enfants.